Jour : 2 juin 2020

Une rentrée sécurisée au Cafrad !

Tant redoutée, par les parents, les apprenants et les formateurs, la rentrée du 3e trimestre de l’année 2019/2020 encore appelée rentrée « Post-Covid 19 » a connu un franc succès au Centre d’Animation de Formation de Recherche et d’Appui au Développement. 

Dès 07h le lundi 1er Juin, les portes étaient grandes ouvertes pour accueillir ceux qui redonnent vie à ces salles de cours. Au Groupe Scolaire Bilingue Cafrad, les élèves du cours moyen deuxième année, bien qu’étant anxieux à l’idée d’arborer toute la journée un cache-nez, semblaient contents de retrouver leurs amis à « bonne distance ».

Cinq d’entre eux seulement manquaient à l’appel du maître pour ainsi dire que la psychose a pu être surmontée par les parents et leurs enfants. Assis un par banc, ayant chacun tout le matériel et les gadgets nécessaires pour la journée, les candidats au Concours et au CEP, ont compris qu’ils doivent être plus forts que le virus de la couronne. 

Les premières heures de la matinée ont été employées à expliquer le nouveau quotidien à l’école . Le processus de lavage des mains, les enjeux de cette dernière ligne de l’année scolaire et bien-sûr les avantages pour tous et chacun à appliquer toutes les consignes données par les encadreurs. Continuellement l’école sera désinfectée et toujours vous trouverez des points de lavage des mains à de l’eau propre et au savon.

À la deuxième antenne à Bonabéri, le son de cloches est le même. Les formations professionnelles ont été relancées pour le plus grand bonheur des futurs diplômés qui trouvaient le temps long à la maison et n’attendaient plus que la réouverture de leur Centre d’Echanges et de Formation.

Les mêmes consignes ont été données car, le Corona virus n’épargne personne. La propreté du centre est plus que jamais effective. 

Pour recevoir, rassurer et informer les usagers, un secrétariat où les règles sont aussi appliquées à la lettre.

Les cours pratiques se feront dans le même esprit. Sécurité, sécurité et encore sécurité.

L’éducation doit vivre malgré tout et le Cafrad en fait une affaire personnelle!