Stop à l’insalubrité dans nos villes !

Il est impossible de faire un pas dans la capitale économique sans remarquer des déchets qui écument les rues ou encore des montagnes d’ordures au bord des routes. A Douala, il est désormais courant, voire normal d’inonder les rues ou les rivières, de tout genre de déchets: matières plastiques, restes d’animaux, déchets ménagers, tout y passe ! 

Dans le 5e arrondissement de la ville, plus précisément à Bepanda où se trouve la première antenne du Cafrad, les populations versent leurs ordures à même le sol, devant une plaque qui interdit l’ammassage des immondices à cet endroit. Soit les populations ne lisent pas cette enseigne, soit elles s’en foutent royalement, mettant ainsi à mal la santé des habitants des environs et les enfants qui viennent s’éduquer au Groupe Scolaire Bilingue Cafrad.

Les rigoles ne sont pas épargnées par les inciviques, à croire que même le bon sens ne les freine pas dans leurs actions qui dégradent la nature et la santé des populations.

Bien qu’à côté de ce dépotoir, il y ait une caisse métallique pour récupérer les bouteilles plastiques afin de les recycler, les “doualais” trouvent le moyen de ne pas y prêter attention. 

La société en charge de l’hygiène et de la salubrité peine à faire son travail face à un taux si élevé d’immoralité des populations. Le Cafrad organise aussi des journées d’investissement humain, mais tout ceci ralenti juste les malfaiteurs de quelques jours où même quelques heures.

Si rien de concret et de définitif n’est fait les hommes livreront bientôt une bataille contre les déchets qui sont de plus en plus leurs fidèles locataires. Seulement en sortiront-ils gagnants? Là est toute la question.

0 Comments

There are no comments yet

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image